Jeunes et Socialistes

Articles tagués ‘parti’

Les afghans aux premiéres loges des dérapages de la droite

Le parti socialiste condamne fermement les propos de M. Thierry Mariani, député UMP, justifiant l’expulsion des ressortissants afghans au nom de la lutte contre les talibans. Un élu de la République ne peut jouer avec les malheurs de tout un peuple pour justifier les misérables actions de son gouvernement. Les expulsions d’Afghans sont pour les socialistes, et pour beaucoup de Français, une honte.

La fuite des Afghans de leur pays est le résultat direct de la guerre en Afghanistan. Pour certains, il s’agit de préserver ce qu’il leur reste, à savoir leur intégrité physique, puisqu’ils n’ont plus rien là-bas. Pour ceux-là, qui ont choisi la France, M. Mariani devrait aussi avoir de l’estime.

Il en va de l’honneur d’une démocratie, et de la République française plus que toute autre, de protéger les citoyens de pays en guerre, conformément au droit international et en cohérence avec ce qui fonde l’identité de la France.

La lâcheté et le cynisme sont désormais la marque de fabrique d’un pouvoir qui n’hésite plus à faire des thèses les plus dures d’une partie de l’extrême droite son bréviaire gouvernemental. Expulsions des Afghans, clichés sur les jeunes musulmans, débat sur la burqa, confusion volontaire entre identité nationale et questions d’immigration sont autant de signes d’une inquiétante dérive.

Les Français ne tomberont pas dans le piège qui leur est tendu : pour éviter d’avoir à répondre de son bilan catastrophique, le gouvernement est prêt à tourner le dos aux valeurs qui fondent notre pacte républicain : la défense intransigeante des droits de l’homme.

Publicités

Dissolution du DTP en Turquie

La Cour constitutionnelle turque a prononcé, ce vendredi 11 décembre, la dissolution du Parti pour une Société Démocratique (DTP), le principal parti kurde. Le Parti socialiste regrette vivement cette décision qui va à l’encontre des efforts de ce parti et de tous ceux qui en Turquie militent pour une solution politique et pacifique à la question kurde au sein d’une Turquie unie.

Le DTP, membre de l’Internationale Socialiste, est un grand parti représenté à l’Assemblée nationale turque. Son absence de la vie politique en Turquie ne fait qu’aggraver la situation et renforcer les extrémistes. Le Parti socialiste espère qu’une solution juste puisse être rapidement trouvée pour ne pas exclure de la vie démocratique, à travers la dissolution du DTP, plusieurs millions de citoyens qui ont voté pour plusieurs dizaines de députés et de maires appartenant à ce parti.

L’Histoire n’est pas une option

Dans le projet de réforme des lycées, le Ministre de l’Education Nationale prévoit de rendre optionnel en terminale l’enseignement de l’Histoire Géographie pour les filières scientifiques.

L’UMP se gargarise de déclarations sur l’identité nationale. Dans le même temps, elle s’apprête à priver la moitié des bacheliers généraux de cours qui leur donnent les clefs indispensables pour appréhender notre histoire collective.

Aimer la France, c’est accepter de regarder son histoire en face. Et pour cela, il faut la connaître.
Cette décision confirme que le débat sur l’identité nationale ne correspond à aucune volonté sincère d’approfondir la connaissance des principes au fondement de notre identité collective. Cette décision confirme que le débat sur l’identité nationale est une manipulation politique qui a pour principal objectif de lancer une polémique douteuse amalgamant le sujet de l’identité et l’immigration.

Dans une période trouble où les faits historiques sont régulièrement remis en cause par les obscurantistes de tous bords, le gouvernement néglige l’importance de l’histoire, discipline indispensable pour donner à chacun les moyens de comprendre le monde. L’école doit donner à tous et le plus longtemps possible la chance de se pencher et de s’interroger sur le passé.

Le lycée est, bien entendu, une voie d’accès à l’enseignement supérieur, la première marche concrète d’un projet professionnel et il faut permettre une spécialisation de qualité en fin de cycle. Mais cet objectif ne doit pas être poursuivi au détriment de la mission républicaine de l’Ecole de la maternelle aux études supérieures : former des citoyens éclairés, disposant de toutes les clefs d’analyse de notre monde contemporain.

Le Parti socialiste demande que l’enseignement obligatoire de l’histoire soit maintenu jusqu’à la fin du lycée. 52% des bacheliers sont en série scientifique, les priver d’une matière aussi essentielle est irresponsable et dangereux.

Iran

Ambassade US Iran

Hier l’Iran fêtait les 30 ans de la prise de l’ambassade américaine.

Une manifestation à suivi pour blâmer le régime en place.

La police à répondu par la violence et les balles.

 

Plusieurs milliers de partisans de l’opposition démocratique et réformiste, profitant d’un rassemblement officiel pour le 30e anniversaire de la prise de l’ambassade des États-Unis, ont manifesté hier à Téhéran et dans d’autres villes iraniennes. Les forces de l’ordre et les miliciens islamiques ont utilisé la force et la violence pour les réprimer.

Le Parti socialiste condamne avec la plus grande fermeté les agissements des autorités iraniennes, l’emprisonnement des opposants et la répression des manifestants. Il rend hommage à la détermination et au courage de tous ceux qui, bravant la menace des autorités et de ses milices, se sont une nouvelle fois mobilisés pour la démocratie et le changement, démontrant que le mouvement de protestation, lancé après la réélection controversée du président Ahmadinejad, est désormais enraciné dans la société, notamment chez les jeunes.

Le Parti socialiste, fidèle à sa position de solidarité avec les mouvements démocratiques et progressistes dans le monde, réaffirme son soutien à tous ceux qui en Iran luttent pacifiquement pour la liberté, la démocratie et le progrès. Il demande à l’Union européenne et à toutes les forces démocratiques en Europe et dans le monde de rester mobilisées pour soutenir le peuple iranien face à la répression et à l’arbitraire.

Communiqué de Jean Christophe CAMBADELIS

Secrétaire national aux Relations internationales

 

Nuage de Tags