Jeunes et Socialistes

Collectif jeune 73 de défense des retraites                                                                                                                                  Communiqué de presse                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

Chambéry, le 07 Juin 2010,

 
 

Le gouvernement s’est engagé dans une réforme à marche forcée du système de retraites. « Je veux dire aux jeunes de 20 ans que c’est justement pour eux que nous faisons cette réforme », affirme le ministre du travail Eric Woerth. Nous ne sommes pas dupes : une nouvelle fois, ce qui est mis en place au nom des jeunes se fait sans eux, et surtout contre eux. En limitant le débat à l’allongement de la durée de cotisation, le gouvernement adresse aux jeunes un message implicite, mais clair : la retraite ce n’est plus pour vous ! Nous refusons d’être les grands oubliés d’un débat qui nous concerne !  

Jeunes, nous sommes attachés au droit à une retraite à 60 ans financée par répartition :
Attachés à  la solidarité entre les générations, nous souhaitons financer un système de retraite par répartition de haut niveau qui garantisse un niveau de pension permettant de vivre pleinement le temps de la retraite. Nous refusons la logique d’une retraite basée sur la capitalisation individuelle, inefficace économiquement et inégalitaire socialement.

Un débat de société  escamoté par une nouvelle opération comptable : 
Nous refusons la volonté du gouvernement de réduire ce débat à une simple équation comptable. Le gouvernement s’attaque directement à la solidarité sans aborder les véritables enjeux du système : garantie d’un taux de remplacement, pénibilité, allongement de la durée d’étude et d’insertion, chômage, inégalités hommes – femmes, la répartition du temps de travail et des richesses.

Allonger la durée de cotisation ? Pour nous, c’est non ! 
Cela priverait les jeunes du droit à une retraite à 60 ans à taux plein. Nous demandons la nécessaire augmentation des financements solidaires des retraites par répartition : taxation des stocks options et des revenus financiers, suppression du bouclier fiscal, élargissement de l’assiette des cotisations, suppression d’exonérations de cotisations. Une véritable politique de l’emploi et de revalorisation salariale est également indispensable pour apporter les recettes nécessaires à la pérennité de notre système de retraite solidaire.     

Le système de retraites doit prendre en compte l’évolution de la société !  
Nous réclamons des réformes qui garantissent nos droits sociaux, et nous souhaitons faire évoluer le système pour mieux prendre en compte l’évolution de la société et pérenniser le système par répartition.

L’allongement de la durée des études et le recul de l’âge moyen d’entrée dans un emploi stable (27 ans) conduisent les jeunes à commencer à cotiser plus tard que par le passé. Nous exigeons : 

• la validation des années d’études et de formation dans le calcul des annuités ;
• la validation des périodes de stages intégrée dans une règlementation contraignante ; 
• la validation des périodes d’inactivité forcée (accumulation de stages, de CDD, d’emplois à temps partiel, de périodes d’intérim ou de chômage qui conduisent à accumuler des droits à retraite très incomplets) ; 

Les jeunes seront au rendez-vous du débat public pour affirmer que la retraite est l’affaire de tous !  Les jeunes refusent d’être les grands oubliés du débat  qui s’ouvrent et exigent du gouvernement qu’il renonce à l’allongement de la durée de cotisation.
Le gouvernement ne peut aborder le débat sur les retraites sans l’avis des générations directement concernées par cet enjeu social majeur : les jeunes d’aujourd’hui ! 

 

Mouvement des Jeunes Socialistes

Hugo Petit : 06.83.58.74.52

Union Nationale Lycéenne

Quentin Delorme : 06.67.60.36.55

Pablo Jupin : 06.86.74.97.59

Mouvement des Jeunes Communistes Français

Antoine Guerreiro : 06.43.67.34.23

Le Mouvement des Jeunes Socialistes s’associe à la campagne « Porteur d’eau » lancée par la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés.A l’heure où la directive service ravage la notion de service public en Europe, où plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde, nous devons nous interroger sur la marchandisation croissante de l’eau.Cause de conflits et de guerre, l’eau est au cœur d’importants enjeux économiques. De plus en plus d’Etats réduisent leurs budgets dans la recherche hydrolique, alors que plus de 2,4 milliards n’ont pas de système d’assainissement efficace. Et la situation est bien pire dans les pays en voie de développement du fait de la mauvaise gestion des terres et des problèmes d’irrigation.

Les Jeunes socialistes se refusent à considérer l’eau comme une marchandise. Ressource naturelle par essence, l’eau est un bien public commun. Aussi, se battre pour que l’accès à l’eau soit considéré comme un droit universel fait parti des défis que nous pose la crise écologique.

http://www.france-libertes.org/Le-mouvement-des-Porteurs-d-Eau.html

Jonathan Debauve
Mouvement des Jeunes Socialistes

A voir : VIDEO – Danièle Mitterrand: «l’eau n’est pas une marchandise, l’accès à l’eau est un droit»

Les Jeunes Socialistes ont découvert avec indignation les projets d’économies budgétaires de la droite pour le service public d’Education. La volonté dogmatique du gouvernement de supprimer 16 000 emplois éducatifs à la rentrée, va avoir des conséquences gravissimes sur les conditions de travail de 12 millions d’élèves et de plus d’un million de personnels d’éducation.

Plusieurs pistes, toutes plus dangereuses les unes que les autres, sont indiquées dans les préconisations ministérielles aux inspecteurs d’académie : augmentation du nombre d’élèves par classe, suppression de sections de CAP et d’options, remise en cause des décharges pour projets pédagogiques dans les établissements ou encore appel à des non-titulaires pour les remplacements… Le MJS dénonce l’hypocrisie d’un gouvernement qui veut des élèves bilingues et supprime des postes d’assistants étrangers, ou encore, qui brasse de l’air autour de la lutte contre l’échec scolaire tout en supprimant les postes d’enseignants spécialisés (RASED) dans les écoles maternelles.

Les jeunes socialistes s’insurgent contre l’irresponsabilité de la politique éducative de la droite : l’investissement public pour l’éducation baisse sans cesse, comme l’indiquait récemment le rapport de la cour des comptes, et cette baisse n’est nullement compensée par des « coups de com’ » démagogiques autour de l’absentéisme des enseignants ou sur le sport à l’école. Il faut refonder le système éducatif en le mettant au service de la réussite de tous, et ce n’est pas en démantelant le service public d’éducation, comme le fait aujourd’hui la droite, qu’on y parviendra !

Jonathan Debauve
Mouvement des Jeunes Socialistes

Lors du point presse hebdomadaire Benoît Hamon a exprimé «l’émotion du PS et sa condamnation à l’action inacceptable et très choquante d’Israël contre la flottille humanitaire» dont «l’existence est la conséquence du blocage de Gaza».


«Nous sommes confrontés à une crise internationale», a dit Benoît Hamon qui a demandé «des réponses sous la forme d’une réunion immédiate du Conseil de sécurité des Nations unies : d’abord pour éviter l’embrasement» et «faire baisser la tension», et «ensuite pour espérer que les Etats-Unis, cette fois-ci, s’associent à une condamnation solennelle de l’opération» qui «oblige le gouvernement israélien à bouger».
Déplorant «l’usage de la force par Israël (qui) s’est conclu par un bain de sang», le porte-parole du PS a souligné la «nécessité d’une réponse internationale rapide qui (…) associe les Etats-Unis» afin de «faire évoluer» les positions du gouvernement israélien.
«Tant que le blocage de Gaza sera considéré comme un principe fondamental de toute action d’Israël, ce sera très compliqué de faire évoluer de manière positive la situation au Proche-», a conclu Benoît Hamon.

Rappel des faits : dans la nuit de dimanche à lundi, l’armée israélienne a attaqué sauvagement la Flottille pour Gaza. Selon diverses sources, il y aurait plus de 10 morts et des dizaines de blessés parmi les 700 militants internationaux qui entendaient débarquer 10 000 tonnes d’aides à Gaza, soumise à un blocus.

Communiqué de presse
Le Mouvement des Jeunes Socialistes condamne avec la plus grande fermeté la énième bavure de l‘armée israélienne. Cette intervention de Tsahal est d’autant plus scandaleuse, que les bateaux attaqués visaient à amener du matériel médical et des matériaux de construction à la population de Gaza qui vit dans une véritable prison à ciel ouvert depuis la guerre de l’été 2006.

Le blocus imposé de force à la bande de Gaza après avoir détruits les principales infrastructures et de nombreuses habitations ne fait que renforcer une situation humanitaire désastreuse qui, in fine, ne fera qu’attiser la haine entre les deux peuples, tout particulièrement chez la jeune génération.

Les différents rapports sur la situation à Gaza, sur les agissements de Tsahal et les évènements de cette nuit démontrent à quel point la communauté internationale dispose de tous les éléments pour évaluer la situation de la région. Il est temps pour la communauté internationale de faire preuve d’intransigeance.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes appelle nos responsables politiques nationaux et européen à mettre fin aux tergiversions. La France et l’Union Européenne doivent se donner les moyens nécessaires pour exiger d’Israël un respect immédiat des règles élémentaires du droit international et des droits de l’homme, condition nécessaire et indispensable à la reprise du processus de paix.

Jonathan Debauve
Mouvement des Jeunes Socialistes

Pierre Perret : Lily

Nuage de Tags